En l'horitzó de la història ibèrica - Narbona Agrandir l'image

En l'horitzó de la història ibèrica. Pobles, terres, sobiranies (segles V-XV)

978-84-16260-06-5

Nouveau

À l’horizon de l’histoire ibérique. Peuples, terre, souverainetés (siècle V-XV)

Plus de détails

AGOTADO TEMPORALMENTE. EN UNOS DÍAS DISPONIBLE. SE PERMITE RESERVAR Y EN CUANTO TENGAMOS EXISTENCIAS LO ENVIAREMOS

22,00 €

En savoir plus

L'irrégulière romanisation de la péninsule Ibérique face à l’enracinement persévérant des plus récalcitrantes formes d’indigénisme autochtone a été encore plus accentuée par le processus de fragmentation régionale et germanique de la dernière antiquité, tandis que l’époque des wisigoths a seulement introduit une patine d’homologation parmi les élites dirigeantes grâce à l’action des évêques, des conciles et des monastères.
La conquête islamique a dissous ces fondements faibles et a dirigé les peuples et territoires hispaniques sous une nouvelle sphère d’influence, beaucoup plus sujette à l’Orient qu’aux transformations sociales initiées à l’Europe du haut Moyen Âge. Cette situation d’hégémonie andalouse a donné lieu à un effet inattendu avec la naissance des premiers noyaux montagneux de résistance. Plus tard, la décadence interne du califat de Cordoue a avantagé le développement de cette hétérogénéité des règnes et des comtés sous les diverses formes de féodalisme, qui avec une vocation guerrière et expansive ont fait agrandir un contrôle territorial privatif sur un al-Andalous rétractile, malgré la réception continue de nouveaux contingents nord-africains. Le résultat final a été l’éclosion d’une multitude de royaumes chrétiens qui ont rivalisé entre eux afin d’atteindre la prédominance péninsulaire et rendre possible l’ignition d’un ensemble très contrasté de peuples, territoires et souverainetés depuis le XIII siècle, qui, malgré le processus de rapprochement dynastique dirigé par les respectives monarchies, a respecté les identités politiques et juridiques en vigueur, identités qui ont augmenté pendant les siècles XIV et XV. L’organisation des sociétés politiques des royaumes, avec les cours, les assemblées, les confréries, les unions, les conseils et les « generalitats », mais aussi avec les lieutenants, gouvernements et les audiences royales individualisées, ont terminé de construire des formes de gouvernement propres dans chaque espace du complexe mosaïque ibérique. En fait, les Rois catholiques, moyennant l’union des couronnes de Castille et d'Aragon, ont reconnu cet héritage si charismatique du Moyen Âge qui signifie, même aujourd’hui, l’origine plus lointaine de plusieurs identités hispaniques.

Opinions

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Escriviu una valoració

En l'horitzó de la història ibèrica. Pobles, terres, sobiranies (segles V-XV)

En l'horitzó de la història ibèrica. Pobles, terres, sobiranies (segles V-XV)

À l’horizon de l’histoire ibérique. Peuples, terre, souverainetés (siècle V-XV)